Jeune et Déprimé

le blog sponsorisé par Biactol

20 mars 2010

Gods,SA : Le paradis clé en main ( le retour de la suite)

Chapitre 2 : Où le commencement n’était que le début

 

Lorsqu’ils furent arrivés a l’entrée de la Gods,SA , Antoine fut choqué par l’aspect des lieux. Jedhedia remarqua son air étonné et s’en amusa :

-« Ah oui .C’est vrai que tu n’étais pas lors du changement.

-C’est sur que là pour un changement …..

-Je sais, ça fais un peu moins classieux qu’avant.

-Un peu !? Tu te fous de moi là !

-Non, loin de moi cette folle idée. Le Changement vient d’un directement du bureau des Grands Patrons .Au tout début des années 90, ils ont décidés qu’il fallait rompre avec l’image trop classique, trop …trop conventionnelle de la Gods,SA telle que l’on se la faisait depuis des générations.

- Rompre avec une image trop conventionnelle d’accord, mais là on se croirait aux bureaux de la Sécu !

-Il est vrai que ce fument des grand et longs travaux, il a bien fallu au moins deux jours.

-Oui, mais passer de l’ambiance Romaine avec des colonnades, une débauche de couleurs et des danseuses pour vous accueillir a CA. Et puis il faudrait m’expliquer en quoi faire une copie des bureaux administratifs tels que l’on en trouve dans le monde entier a de non-conventionnel.

(NdA : Il faut bien admettre pour la défense d’Antoine que l’entrée de la Gods,SA telle qu’il la trouve en revenant de son séjour chez les vivants n’a plus rien a voir avec celle qu’il connaissait . Il faut aussi dire que celle-ci était bien plus accueillante avant ces changements de structure. Le texte rapportant le mieux ceci est la chronique de Kevin l’Ancien (poète grec minable mort en 392 après JC) écrite lors du précédent remaniement de l’an de grâce 1203 : « La joie m’étreint le cœur quand je vois nos braves ouvriers se défonçant à l’ouvrage, tellement quand ça va être fini ça va trop déchirer sa mère. Non, je te jure, vous verriez ça, t’en croirais même pas tes yeux tellement que ce n’est pas imaginable même dans ton imagination la plus fertile. Mon gars, t’as des colonnes qui font au moins quatre fois (si ce n’est plus) la taille de mon pote Abdul (Et pourtant, il est balèze mon pote Abdul), du sol en marbre que tellement il est poli , tu dirais qu’il va s’excuser quand tu lui marche dessus ( C’est bon John , je l’ai mis ta blague tu me lâche maintenant ? ) et le mieux avec le sol , c’est que la lumière , tu vois elle semble comme si elle émanait de par terre . Et encore je n’ai pas parlé des fontaines qui te font jaillir, de l’eau, de l’or, du vin, du saucisson, t’as qu’a d’mander. »

Je tiens à préciser pour la petite histoire que Kevin l’Ancien à lui aussi profité du programme Seconde vie en 1996, et que de retour sur Terre il essaya de nouveau d’exercer le métier de poète.

A la surprise générale , son style inimitable et ses textes mollement incisifs , rencontrèrent un francs succès parmi une frange ( bien heureusement ) minoritaire de la population , ces gens se faisant appeler les « kevins12ans » et se fondèrent une secte fondée sur l’adulation de la musique pop sur fond électro en 2012 , secte rattachée a l’Eglise Catholique en 2019 , puis dont les membres furent considérés comme des hérétiques par le pape Pie XXVII en 2130 ( pape qui ordonna aussi la destruction totale de tout les albums de Céline Dion existants ) Fin de la NdA)

Jedhedia guida un Antoine toujours sous le choc à travers les files de post-vivants, attendant leur tour au guichet en serrant très fort dans leurs mains moites le ticket leurs permettant l’accès tant espéré au travail de bureau éternel, jusqu’au Bureau des Visiteurs Temporaires.

Ils entrèrent à l’intérieur de celui-ci au moment où une voix nasillarde jaillissant des haut-parleurs, beugla «  Le n° 120392 est prié de se rendre au guichet 8 ». L’aménagement du BVT ne faisait pas tache avec le reste de la Gods,SA , il restait dans le style « moquette et béton » avec cependant quelques plantes vertes pour égayer la pièce , bien que cela n’égaya point le visage de la réceptionniste qui les accueillit, ses cheveux noir corbeau soigneusement coiffés en un chignon et son tailleur bleu marine parfaitement repassé n’attiraient pas autant le regard que le rictus qu’elle adressa a Jedhedia .

-« Caroline, soleil de ma vie avec quelle grâce nous attend tu ici ?

-Nom, prénom, date de mort, assignation.

-Voyons cela me fait tant de peine que tu ne te souviens même pas de mon nom, fit Jed en faisant une moue pitoyable ;

-Je ne te parlais pas a toi, répondit-elle avec la froideur d’un glaçon de l’antarctique

-Allons, je sais bien que tu brule d’amour pour mon être, dit-il en lui prenant la main

-J’apprécierais que ne me touche plus désormais ….jamais plus, une colère sourde se sentait dans sa voix tendit qu’elle retirait vivement sa main

-Hum, ….. Je ….Je suis Charles-Hubert de la Mirantiére Ombrageuse et Honorée, mort en 1571, déclara t-il avant que Jedhedia poursuivit plus avant ses piques. Je fais parti du programme Deuxième Vie, réincarné en 1989 sous le nom d’Antoine Beauprés.

- Ah ? , elle tripota son terminal .Effectivement vous avez été convoqué ici. Un CERTAIN messager devait m’en informer, dit-elle en lançant son regard noir sur Jed, mais il a sans doute trouvé superflu de le faire. Veuillez patienter un instant, j’arrive avec les autorisations nécessaires. »

Et elle s’en alla en trottinant sur ses talons hauts a travers un dédale de paperasse, jusqu'à disparaitre au yeux de nos deux amis .Elle reparu au bout d’un quart d’heure portant d’un bras une pile de papier et de l’autre un badge ;

-« Voila , vous paraphez au bas de chaque page et vous signez a la fin…… non , vous avez oublié cette page , non , vous voyez bien qu’elles sont collées ensemble , ça passe de 29 à 31, …parfait , cette fois c’est bon . Prenez ce badge et accrochez-le sur votre poitrine, il vous donne libre accès aux services de la Gods.INC classification SAINT pendant une durée de 24H.

Puis sans plus leur lancer un regard, elle se plongea dans un rapport sur le lien entre l’élevage intensif de loutres de la république démocratique du Congo (ex-zaïre) au Guatemala et la dégradation de l’environnement en Moldavie occidentale (Rapport effectué par le très éminent professeur xXxlegolas-du-92xXx en juin 2006. Nous vous recommandons chaudement la lecture de son ouvrage de référence – qui a ce jour est le plus complet qui existe sur le sujet – Mouches et Hareng, un diner de choix, qui explique les grands drames écologiques du XX ème siècle à travers des recettes étonnantes et délicieuses qui réjouiront votre famille et vos amis. Le rapport et des extraits du livre sont disponibles sur son site internet qui n’est malheureusement accessible que depuis la Gods,SA)

- Je me vois donc obligé de te quitter ma douce colombe , comme tu vas me manquer et ….. Mais lâche-moi …. »

Antoine entraina son ami par le bras se dirigeant vers les portes des ascenseurs situés à l’autre bout du BVT, pour éviter un second monologue tiédasse de la part de celui-ci.

-« Tu n’arrive pas à comprendre qu’il y a un moment où tu n’es plus drôle et où tu deviens lourd ? demanda t-il légèrement en rogne

- Je fais juste ça pour détendre l’atmosphère.

-Et bien laisse moi te dire que ce n’est absolument pas drôle, et encore moins pour elle a mon avis

-A propos tu as entendu ce qu’elle marmonnait quand tu m’as emmené de force.

-Elle disait quelque chose à propos de te flanquer un pied dans une partie sensible de ton corps. répondit-il en appuyant sur le bouton d’appel de l’ascenseur. Autre chose, tu m’as dit que j’étais convoqué, mais pas où.

-C’est vrai, tu fais bien de me le dire. Tu dois te rendre à l’étage 6, couloir 6, bureau 6.

-Le bureau des Damnations Eternelles ? Pourquoi ?

-Tu verras bien, dit-il en regardant son bipper, moi, il faut que j’y aille, un massage urgent à délivrer sur Terre.

-Tu me laisse tout seul, sympa …

-J’y peut rien, le boulot passe avant les potes. T’inquiète, je te recontacte bientôt, avec tes nouvelles assignations, on devrait se voir plus souvent .Et une dernière chose, si tu vois du changement ne t’étonne pas, t’es quand même parti depuis plus de dix-sept ans. Allez salut ! »

Et il partit dans un de ces beaux nuages de poussière rose dont il avait tant le secret. C’est à cet instant que le bruit caractéristique de l’ouverture des portes d’ascenseur se fit entendre, le faisant sortir de ses maudissement en faveur de son ami. Il grimpa dans la cage de métal et appuya sur le bouton au dessus duquel on pouvait voir un magnifique six en métal rouge vif. Suite à cela, l’ascenseur commença le merveilleux acte mécanique que l’on attend de celui-ci, c'est-à-dire qui commença son ascension.

Pour beaucoup de personnes, l’Enfer où ce qui s’en rapproche le plus dans les visions populaires, est un endroit souterrain rempli de lave et de diablotins et de démons qui passent la majeure partie de leur temps à essayer de pourrir le plus possible la vie (enfin la mort ) des personnes occupant l’endroit. Ceci est faux, l’enfer a toujours été situé au sixième étage de la Gods,SA, cependant le reste de la définition aurait pu être vrai si notre récit s’était déroulé quelques centaines d’années auparavant , mais la Gods.INC vivant avec son temps et s’adaptant sans cesse , peu à peu l’Enfer s’est transformé , c’est aujourd’hui un endroit charmant avec ses bureaux en open-space où les gens passent l’éternité a faire de la compta avec du matériel vétuste , un patron propret qui vous aboie dessus et un collègue qui écoute tout les jours les grosses têtes a fond sur sa radio portable bon marché qui grésille car il n’arrive pas a la régler et l’on appelle cela le Bureau des Damnations Eternelles . Bien sur, pour les plus traditionnalistes, il est toujours possible de suer dans un environnement irrespirable en étant sans cesse ennuyé par tout le monde, seulement aujourd’hui, cela s’appelle le Sauna.

 

Dés qu’Antoine fut sortit de l’ascenseur , il fut accueilli d’une manière brutalement joviale par un homme en costume cravate débraillé avec des taches de sauces sur sa chemise , qui lui balança une grande claque a lui faire déboiter l’épaule puis le poussa en lui racontant des inepties sur la vie de bureau et enchaina avec deux-trois blagues salaces et misogynes sans laisser le temps a Antoine de s’expliquer ni même de protester . L’homme le poussait déjà vers une des petites boites prévues pour les « employés » et il ne du son salut qu’a l’intervention fortuite d’un autre homme costume trois pièces, très propre sur lui, des chaussures rutilantes un regard de wiineur et un sourire super white qui inspirerait la confiance si ce n’était ces canines surdéveloppées a la Dracula

-« Laisse Jean-Michel, ce n’est pas un de ceux de d’habitude.

-Ah, bon ? T’es sur ? L’a la même tête de tocard que les autres pourtant.

-Non, mais oh ! T’as vu la tienne de gueule ? Se défendit Antoine

-Ouais, je suis sur, je le connais, il est déjà passé par ici il y a un moment .N’est-ce pas Charles-Hub ?

-Que …… On se connait ?

-Oui et pas qu’un peu. Jean-Michel, dit-il en se tournant vers le bedonnant a la cravate sale et au pantalon béant, je crois que t’as du boulot, non ?

Puis il prit Antoine par l’épaule et celui-ci se fit une fois de plus entrainé malgré sa volonté.

-Alors comme ça on ne se souvient pas de moi ?

-Je …… non, je devrais ?

- Je l’espérais quand même, ce n’est pas que j’ai du te laisser un bon souvenir, je n’étais pas là pour ça, mais on a passé un bout de temps ensemble.

-J’ai beau chercher, non ! Vous êtes …?

-Attend, je vais essayer de te faire deviner.

Il se racla la gorge puis partit d’un tonitruant rire démoniaque qui sembla déchirer l’âme d’Antoine en tout petit morceaux puis les recolla ensemble pour la mettre dans un mixer et enfin mettre le feu au tout en le balançant du haut du Grand Canyon.

-As……..As...AS...ASTAROTH ! Bégaya Antoine avec une frayeur non dissimulée

-Ah, ça fait plaisir d’entendre son nom prononcé avec frayeur même après toutes ses années, dit-il dans un sourire franc.

Posté par DarkWC à 18:05 - histoire en tranches - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire